Return to blog
December 23, 2020

Le Directeur Général de TripActions au Sujet de L’Avenir Du Travail et Des Voyages D’Affaires

Le co-fondateur et directeur général de TripActions, Ariel Cohen, envisage l’avenir du travail avec enthousiasme.

Lors d’une conversation récente avec Shaka Senghor, responsable de la diversité, de l’équité et de l’inclusion (DEI), Ariel a parlé de sa vision du travail hybride, du rôle du bureau, et de la raison pour laquelle les voyages d’affaires sont importants pour développer des relations, trouver de nouvelles idées et faire des affaires.

Ariel a longtemps réfléchi à tout cela lorsque TripActions a été perturbé par l’arrêt mondial des voyages d’affaires en mars 2020. Plus tôt cet automne, Shaka et Ariel ont participé à une conversation similaire avec Eric Yuan, le PDG de Zoom, au sujet de ClubHouse, l’application de salons de discussion. Ce fut une conversation passionnante, car Eric et Ariel avaient de toute évidence deux points de vue différents quant à l’avenir du travail : selon le premier, nous pourrions continuer le télétravail pour toujours, et selon le deuxième, les rencontres en personne sont indispensables au succès de l’entreprise. Mais leur avis est finalement plutôt similaire : ils croient tous les deux en l’adoption d’un modèle hybride pour aller de l’avant.

En quoi le secteur de la technologie diffère des autres domaines de la société

« Je ne suis pas né avec de l’argent ni dans une famille qui en avait. Ma mère était agent de voyage et travaillait dans un bureau », déclare Ariel.

« Je garde toujours à l’esprit que je travaille dans le secteur de la technologie, et que tous les secteurs ne sont pas technologiques et que tout le monde ne peut pas faire son travail à distance ou n’a pas l’espace nécessaire pour faire du télétravail. Nous devons tous nous rappeler que pour le bien de la société, [nous devons] veiller à [ne pas] promouvoir un mode de travail profitable à sûrement 10 % de la population, sachant qu’il y en a 90 % qui ne peut pas travailler à distance. Bien que je travaille dans la technologie, je suis conscient qu’il y a des employés de magasin, des éclairagistes, et bien d’autres personnes qui ont des métiers qui ne peuvent pas être faits par visioconférence ».

« J’ai à cœur de trouver un équilibre. Pouvons-nous travailler dans un environnement hybride dans les entreprises technologiques ? Les entreprises technologiques peuvent-elles se permettre d’avoir des employés en télétravail un peu partout dans le monde, et être plus efficaces ? Peut-on se réunir tous les trois mois, tous les deux mois, tous les mois ? Oui, bien sûr. Nous avons appris que le secteur de la technologie en était capable, mais que d’autres secteurs ne pouvaient pas se le permettre. Si vous travaillez dans une usine, vous seriez au chômage en suivant ce modèle ; il faut donc faire très attention », déclare Ariel.

Shaka a partagé ses inquiétudes et son avis concernant la façon dont son réseau amical et familial vivant à Détroit a trouvé des moyens intelligents de retravailler en dehors de la maison.

« Dans ma ville d’origine, de nombreux amis et membres de ma famille ont doublé leurs mesures de précaution en limitant le nombre de clients dans leur magasin ou en créant un modèle hybride qui inclut le télétravail pour pouvoir continuer à subvenir aux besoins de leur famille », a expliqué Shaka.

Ariel a également fait part de ses inquiétudes concernant l’impact du télétravail sur les progrès effectués ces 5-10 dernières années en matière d’égalité des sexes. Il y a plus de femmes qui occupent des postes à responsabilité aujourd’hui qu’il y a quelques décennies. Mais lorsque tout le monde travaille de chez soi - et que les enfants font l’école à la maison - il a été prouvé que les femmes s’occupaient plus des tâches de la maison que les hommes.

« Nous risquerions d’anéantir les progrès effectués. C’est quelque chose qui m’inquiète depuis le premier jour. Mon personnel est constitué de 50 % de femmes. Je vois comment les choses pourraient mal tourner. Il y a des avantages au travail à distance et en visioconférence, mais nous devons faire attention », dit Ariel.

Un nouveau modèle : les collaborations en personne associées aux échanges virtuels

Shaka et Ariel se sont récemment rencontrés en toute sécurité au siège de TripActions. Non seulement la possibilité de se rencontrer en personne a renforcé leur relation et leur alignement en tant que responsables, mais elle a également rendu leurs visioconférences plus personnelles et productives.

« Mes visioconférences avec des collègues que je n’ai pas vus depuis le mois de mars sont complètement différentes de celles que j’ai avec des collègues que j’ai vus récemment », remarque Ariel. « Notre degré de confiance est plus élevé, notre relation est plus solide, et ces visioconférences sont plus productives que celles que nous avons lorsque nous nous sommes vus il y a une semaine. »

Bien qu’il ne soit plus nécessaire de prendre l’avion pour avoir une conversation ou faire une réunion, la possibilité de se rencontrer en personne a clairement changé la nature, la profondeur, et l’efficacité des visioconférences à court terme. Dans ce cas précis, on voit clairement comment un mélange de télétravail, de visioconférences et de réunions en personne peut créer une nouvelle méthode de travail.

Pour que cette dernière soit efficace, il faudra toutefois transformer les bureaux en lieux de collaboration et de communauté, par opposition au travail de bureau que de nombreux employés préfèrent désormais faire chez eux.

« Personnellement, je ne crois pas au système des bureaux », déclare Ariel. « Je trouve que le bureau devrait plutôt ressembler à un café. Pensez aux étudiants que vous voyez réviser dans les cafés. Ils sont assis en groupes. Certains se connaissent. D’autres non. Mais il y a de la musique, l’odeur du café, et une bonne énergie. Pour moi, c’est la meilleure façon de travailler ». (Le siège de TripActions possède un barista sur place qui reproduit exactement cet environnement).

« Il peut se passer des choses dans un environnement comme celui-là. Peut-on partager un tableau blanc sur Zoom ? Techniquement, oui. Pourra-t-on en tirer un bon produit ? Probablement. »

L’avenir du travail

« Dans ma tête, l’avenir du travail ce sont des espaces conçus pour rassembler, échanger, développer une communauté, et travailler ensemble sur des tâches spécifiques. Puis, vous pouvez passer deux, trois, quatre jours par semaine chez vous. Vous aurez un peu de tranquillité. Vous pourrez vous concentrer sur votre travail. Puis un coup vous revenez au bureau pour travailler avec votre communauté, un coup vous échangez sur Zoom », déclare Ariel, pour décrire sa vision du futur.

« Je crois vraiment en cette approche hybride. Nous avons un espace collaboratif comme celui-ci dans nos bureaux et le COVID est peut-être l’occasion de concevoir tout l’espace de cette façon. Cela fonctionne dans le domaine de la technologie, mais pas pour un restaurant ou une usine. C’est l’avenir du travail dans le secteur de la technologie. »

Pour faire des réunions, il faudra prendre l’avion, ce que Ariel et Shaka font tous les deux en toute sécurité depuis plusieurs mois maintenant. Le reste du monde commence à suivre l’exemple, et avec la distribution du vaccin contre la COVID-19 ainsi que la plus grande disponibilité des tests (maintenant demandés ou fournis par les compagnies aériennes), les réservations de voyage augmentent rapidement.

Travaillant dans le secteur du voyage, Ariel savait que les compagnies aériennes allaient faire preuve de diligence pour assurer la sécurité des voyageurs. En réalité, moins de 50 cas de COVID peuvent être attribués aux voyages en avion sur un milliard de voyageurs.

« Nous sommes des êtres humains. Des animaux sociaux. Nous avons besoin de nous rencontrer et d’être ensemble », conclut Ariel.

TripActions aide le secteur à reprendre les affaires en toute sécurité. Pour en savoir davantage sur la façon dont la gestion moderne des voyages d’affaires et des dépenses peut aider votre entreprise à retisser des liens au plus vite, contactez-nous sur www.tripactions.com.

Return to blog